Archive

Posts Tagged ‘coureur’

Combien de « L/100 km » pour un coureur ?

Toyota PriusOn entend souvent parler de l’efficacité énergétique des automobiles. Heureusement, l’économie d’essence devient de plus un plus un argument de vente.

Mais… un coureur, plutôt qu’une auto, ça consomme combien pour courir 100 km ?!?

Bidon d'essenceCe billet fait suite au précédent dans lequel je parlais de l’Eco-Marathon Shell. Objectif de cet Eco-Marathon: concevoir un véhicule mû à l’essence et qui en consomme le moins possible (le record de cette année: 0,092 L/100 km, avec un véhicule assez futuriste !). Pour une voiture assez standard, comme la Toyota Corolla, on parle plutôt de 7,5 L/100 km en conduite urbaine.

canette de Coke

Si je me fie à ma Garmin 405, je dépense environ 50 calories pour courir la distance de 1 km en 5 minutes. Évidemment, je ne carbure pas à l’essence. Pour les besoins de ce calcul, prenons une boisson très populaire, le Coke, comme ma source d’énergie (de toutes façons, ça a une certaine part de vérité !) 🙂

Selon « l’information nutritionnelle » inscrite sur le côté d’une canette, 355 ml de Coke contiennent 160 calories. Puisque je cours à 50 cal/km, une canette de 0,355 L me mènera donc 3,2 km plus loin. Pour franchir 100 km à la course, j’aurai donc besoin de 100/3,2 = 31,25 fois plus de « carburant-Coke », c’est-à-dire 31,25 x 0,355 L = 11,09 L de Coke !

Prof au tableauSi vous m’avez suivi depuis le début, et si je ne me suis pas trompé, on a notre réponse: un coureur a besoin de 11,09 L de Coke pour parcourir 100 km, donc 11,09 L Coke/100 km ! :) Comme on ne court pas souvent 100 km, mais bien plus souvent 10 km, vous savez maintenant que cette distance vous permet de « brûler » l’équivalent de 1,109 L de Coke. Si votre balance vous indique que vous êtes plus lourd que moi (62 kg), alors la même distance (10 km), à la même vitesse (12 km/heure), vous permet de brûler un peu plus de calories.

La morale de ce calcul ? Ça varie selon votre vision des choses, mais disons qu’il faut bien s’alimenter et que si vous comptez vos calories, eh bien pensez à « 3,2 km de course par canette de Coke » ! 🙂 Une autre façon de le voir c’est que coureur et automobile consomment des carburants différents, mais que leur consommation est semblable (11,09 et 7,5 L/100 km) ! L’auto demeure plus rapide… et elle permet d’amener la famille !

Publicités

Coureur et automobiliste: êtes-vous de bons amis ?

Coureurs, automobilistes ! Je suis curieux de savoir comment se passent les relations entre vous dans vos coins de pays. D’ailleurs, que vous soyez automobiliste et/ou coureur, ce serait bien si vous participiez au sondage dans la colonne de droite, et que vous laissiez des commentaires, comme ça on saurait où le partage de la route est à son meilleur !

De mon côté, je suis toujours surpris de voir comment les choses peuvent être variables d’un secteur de la ville à un autre. Près de chez moi, je dirais que les automobilistes sont très courtois et dévient légèrement de « la ligne droite » pour me donner une p’tite chance. Il faut dire que dès que je détecte un tout petit effort de la part de ces gentils automobilistes, je leur fais un petit signe de la main et un sourire (sauf pendant un éprouvant entraînement en intervalle !) Il y en a peut-être quelques-uns qui se demandent « Qu’est-ce qu’il me veut ce mec ? », mais je fais ma part du coureur qui veut promouvoir de bonnes relations avec les automobilistes !

Dans un autre secteur, c’est plus difficile. La chaussée est plus étroite et souvent, si je vois une auto venir face à moi, je vérifie si une auto s’en vient dans l’autre direction. Quand il n’y en a pas, je me dis que celle qui vient pourra dévier un peu de son chemin. Erreur ! On dirait que les conducteurs de bagnoles de luxe n’en n’ont rien à faire de ces hurluberlus qui courent dans les rues ! Dommage…

Finalement, bientôt arrivera la période de la « poussée des hormones du printemps », du moins par ici. L’effet ? Probablement une voiture qui me frôlera, en « mettant en vedette » un adolescent, la tête sortie par la fenêtre, et qui hurlera des trucs insignifiants. Par ici, en tant que coureur, c’est comme cela qu’on sait que le printemps est arrivé ! La mission dans ces conditions ? Contrôler ses propres hormones du printemps (!) et l’adrénaline de la course: il faut réussir à éviter de répondre de façon « impolie » ! 🙂

Coureur / automobiliste, ça se passe comment chez vous ?