Archive

Posts Tagged ‘Ottawa’

Des T-shirts de course ingénieux à Ottawa !

Puisque quelques coureurs que je connais seront au marathon d’Ottawa à la fin du mois, je suis allé voir le site.  C’est là que j’ai découvert qu’il existait des T-shirts avec le dossard imprimé dessus ! Vous avez alors un… « bib shirt ». C’est possible pour les courses où l’organisation le permet, c’est d’ailleurs elle qui fournit votre numéro officiel à la compagnie de T-shirt.

Un exemple de "bib shirt" - cliquez pour aller sur http://www.wearyournumber.deco-apparel.com/home

L’idée est assez amusante, non seulement vous pouvez avoir votre dossard imprimé, mais tant qu’à y être, pourquoi pas indiquer au bas du « dossard » votre nom, ou une petite phrase du genre « Pain is temporary, pride is for ever » !

Une fois en si bon chemin, il est aussi possible d’ajouter une image dans votre dos. Selon la compagnie qui les fabrique (justement appelée « Wear your number »), il s’agit d’un T-shirt qui utilise les meilleurs tissus, donc même pas de risque à essayer cette nouveauté un jour de course (car on sait tous que les nouveautés lors des jours de course, c’est normalement à proscrire !). Ah ! On n’arrête pas le progrès… ni le commerce ! 🙂

Coureurs près du Canal Rideau à Ottawa - Photo En Route - Air Canada

Coureurs près du Canal Rideau à Ottawa - Photo En Route - Air Canada

Côté histoire, le premier marathon d’Ottawa a attiré 146 coureurs, c’était le 25 mai 1975. L’an dernier, ils étaient 4055 pour le marathon et 9757 au demi-marathon ! Ce niveau de participation en a fait le #1 au « Top 20 marathons of 2010 » de Marathon Canada. Un très bel exploit, si on considère que #2 et #3 sont ScotiaBank Toronto Waterfront et BMO Vancouver Marathon, qui ont lieu dans des villes bien plus populeuses !

Publicités

12ième demi-marathon: qu’ai-je appris ?

www.openclipart.orgDimanche dernier, par un temps idéal pour la course, j’ai été bien content de réussir mon deuxième meilleur temps pour un demi-marathon, 1h38m48s… bien loin du vainqueur à 1h10m59s ! J’avais apporté des modifications à la fin de mon entraînement et à ma préparation de course, il faut croire que cela a bien fonctionné. Voici un petit résumé de ces changements (ça ne veut pas dire que ça marcherait pour vous !):

calendrier1. J’ai diminué plus significativement mon entraînement dans les 7 jours avant la course. En fait, je viens de réaliser en écrivant ceci que j’ai diminué beaucoup sur 14 jours ! Normalement, je visais à réduire la dernière semaine à 40-60% de la précédente (comme proposé dans la revue « kmag »). Donc, pour les quatre dernières semaines, je voulais faire 44, 47, 45 et 21, mais j’ai fait 44, 47, 21 (?) et 21 km (demi-marathon = jour 1 suivant la dernière semaine). En faisant ainsi, mes jambes n’ont pas émis de plainte avant qu’il ne reste que 7 km. J’aurais peut-être pu faire l’avant-dernière semaine vers 35 km…

Goutte d'eau2. Je me suis pas mal moins hydraté qu’à l’habitude le matin avant la course. Je m’étais bien hydraté la journée avant, alors le matin j’ai bu normalement avec le petit déjeuner (à 5h30 !) et j’ai bu encore un tout petit peu jusqu’à la course. Ça me semblait logique pour une course au printemps. Il faisait -2C quand je me suis levé, je n’avais pas l’impression que j’aurais bien chaud lors de cette course ! Je reviendrai probablement à une hydratation plus « agressive » pour les courses à l’été.

Une vraie bombe prête à exploser !3. Dernière modification (« amélioration »), je me suis effectivement beaucoup mieux concentré avant la course. Je me suis placé dans la file de départ presque 10 minutes avant le coup de départ. Le feu dans les yeux, la respiration profonde, focus, focus, focus (ha ! ha ! ha!). Ça a bien marché… à part le fait que je m’étais situé pas assez vers l’avant de la file, j’ai dû effectuer plusieurs dépassements en zigzagant sur les premiers 750 m !

Conclusion: pour le numéro 13, je prévois reprendre ces modifications en espérant les mêmes bons résultats pour moi !

J’ai une bonne pensée pour les coureurs qui se préparent pour Ottawa, je vois comment la température est maussade et humide. Les entraînements semblent alors plus difficiles, mais je vous dis « Ne lâchez pas, pensez au plaisir de voir votre super temps en franchissant la ligne d’arrivée dans 24 jours ! »