Accueil > course, entraînement, sport > Quand ça descend… faut-il courir plus vite ? ?

Quand ça descend… faut-il courir plus vite ? ?

Coureurs et non-coureurs, votre avis est sollicité ! Le nouveau parcours du demi-marathon de Québec inclut une longue descente, environ 70 m sur 2 km et c’est dès le début (km 1 ou 2). Pour ceux qui connnaissent l’endroit, ça va du Parlement jusqu’au bas de la bretelle de l’autoroute Dufferin-Montmorency. En fait, sur cette section, ça va jusqu’à 35 m sur 500 m.

Pour moi, une telle côte au début d’une course, c’est nouveau. Ce sera tentant d’en profiter et courir plus vite, mais la pente est assez importante: il y a un risque de se « rentrer les fémurs dans les hanches », sans parler de l’effet sur les genoux !

Experts coureurs, y a-t-il une règle simple pour évaluer combien plus vite serait correct ? Est-il préférable de s’économiser dans cette côte ? Je crains de commettre une erreur sur ces 2 km et d’en garder de mauvais souvenirs sur les 17-18 suivants ! J’ai encore le temps d’y penser et d’obtenir des conseils, c’est dans 8 semaines !

Qu’en pensent les non-coureurs ? Hum… quelque chose comme « Ils ne sont jamais contents les coureurs, ça monte trop, ça descend trop ! ». Et ça, c’est sans parler du vent et de la température.

Mais il y a une chose dont les coureurs ne se plaignent jamais: les supporteurs ! 🙂

  1. Philippe
    8 mars 2011 à 01:40

    Généralement je profite des descentes pour garder une bonne vitesse en économisant mes forces. ça demande une technique souple pour ne pas se « rentrer les fémurs dans les hanches » comme tu dis si bien🙂 Si c’est en fin de parcours c’est différent car il y a moins de risque à accélérer franchement.
    En début de course je me dis que ça peut permettre de partir sur un bon rythme sans cracher ses poumons tout de suite.

  2. 8 mars 2011 à 04:23

    Hello Martin,

    Accélérer dans les descentes est assez naturel quant tu cours, il faut en profiter en fonction de ton état de forme. Si c’est au début de ta course, cela peut te permettre de te lancer correctement dans la course, bien te place quitte à ralentir après. En fin de course, c’est idéal pour se reposer un peu si tu sens que tu fatigues.

    Le principal conseils c’est d’allonger la foulée tant que la pente n’est pas trop raide et de se laisser aller sans trop forcer pour se ralentir car cela fait très mal aux cuisses genoux.

    Sinon, tu peux aussi essayer de faire quelques repérages et tests sur de telles dénivelé, par forcément avec 15km derrière, mais juste un petit tour pour voir comment tu pourras courir pour ton semi !

    Bon entrainement !

    • 8 mars 2011 à 21:05

      Oui, le repérage c’est toujours très efficace. C’est dommage que cet endroit ne soit pas très « courable » quand la circulation n’est pas déviée comme lors du jour de la course. J’essayerai de trouver un équivalent ailleurs. Merci pour les conseils !

  3. 8 mars 2011 à 07:18

    Bien assise dans mon fauteuil …je crie « youpi ,allez Martin , courage …bravo ! Suis-je agréée comme supporter ?😉

    • 8 mars 2011 à 21:03

      HUm, oui, supporter de niveau 5 sur une échelle qui monte jusqu’à 1, mais c’est un bon début !

  4. 8 mars 2011 à 21:04

    C’est une petite pente, il ne faut même pas sans soucier.

    • 8 mars 2011 à 21:07

      Même la section à 35 m sur 500 m ? Peut-être, il faudrait que je l’essaie, à un moment où il n’y aura pas trop de circulation. Merci pour l’optimisme !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :