Nike, une compagnie divine ?

Sondage - www.openclipart.orgIntrigant un peu comme titre, n’est-ce pas ?  Comment l’expliquer ?  Je vous propose quelques réponses ci-dessous.  Tant qu’à y être, pourquoi pas voter pour la réponse qui vous semble la meilleure.  Vous pouvez voter dans la colonne de droite (« Sondage express », sous le nuage de mots-clés), je donnerai la bonne réponse dans quelques jours !

Voici le choix de réponses pour expliquer que Nike est une compagnie « divine ».

Une vraie fusée - www.openclipart.org1. Parce que, et c’est la meilleure de toutes les raisons, c’est avec une paire de Nike que j’ai couru mon meilleur demi-marathon.  Toute une performance pour moi : 1h37m38s.  Merci à Nike, je n’ai jamais pu faire mieux…

Argent, plein d'argent ! - www.openclipart.org2. Parce que j’ai acheté des actions de Nike en août 1987 à 8 $ et qu’aujourd’hui, 9 mai 2011, elles ont clôturé à 82,91$.  Une multiplication par un facteur 10,4 (si on tient compte des dividendes et fractionnement des actions). Un super rendement boursier !

Statue de "Nike" - http://jblstatue.com/pages/nike.html3. Parce que « Nike » était le nom de la déesse de la victoire dans la mythologie grecque.  Donc, par association d’idée, une compagnie avec un nom de déesse est une compagnie « divine ».

Drapeau du Canada - www.openclipart.org4. Parce que la firme de communication qui a conçu le logo de Nike, le « Swoosh », est une compagnie canadienne.

.

Par choix, je n’ai pas mis d’hyperlien dans l’article, je ne veux pas vous donner la bonne réponse « tout cuit dans le bec » !

Réfléchissez bien, peut-être trouverez-vous la bonne réponse. Pas de cadeau au gagnant, désolé !  🙂

Publicités
Catégories :course, général, sport Étiquettes : , , , , ,

Des T-shirts de course ingénieux à Ottawa !

Puisque quelques coureurs que je connais seront au marathon d’Ottawa à la fin du mois, je suis allé voir le site.  C’est là que j’ai découvert qu’il existait des T-shirts avec le dossard imprimé dessus ! Vous avez alors un… « bib shirt ». C’est possible pour les courses où l’organisation le permet, c’est d’ailleurs elle qui fournit votre numéro officiel à la compagnie de T-shirt.

Un exemple de "bib shirt" - cliquez pour aller sur http://www.wearyournumber.deco-apparel.com/home

L’idée est assez amusante, non seulement vous pouvez avoir votre dossard imprimé, mais tant qu’à y être, pourquoi pas indiquer au bas du « dossard » votre nom, ou une petite phrase du genre « Pain is temporary, pride is for ever » !

Une fois en si bon chemin, il est aussi possible d’ajouter une image dans votre dos. Selon la compagnie qui les fabrique (justement appelée « Wear your number »), il s’agit d’un T-shirt qui utilise les meilleurs tissus, donc même pas de risque à essayer cette nouveauté un jour de course (car on sait tous que les nouveautés lors des jours de course, c’est normalement à proscrire !). Ah ! On n’arrête pas le progrès… ni le commerce ! 🙂

Coureurs près du Canal Rideau à Ottawa - Photo En Route - Air Canada

Coureurs près du Canal Rideau à Ottawa - Photo En Route - Air Canada

Côté histoire, le premier marathon d’Ottawa a attiré 146 coureurs, c’était le 25 mai 1975. L’an dernier, ils étaient 4055 pour le marathon et 9757 au demi-marathon ! Ce niveau de participation en a fait le #1 au « Top 20 marathons of 2010 » de Marathon Canada. Un très bel exploit, si on considère que #2 et #3 sont ScotiaBank Toronto Waterfront et BMO Vancouver Marathon, qui ont lieu dans des villes bien plus populeuses !

12ième demi-marathon: qu’ai-je appris ?

www.openclipart.orgDimanche dernier, par un temps idéal pour la course, j’ai été bien content de réussir mon deuxième meilleur temps pour un demi-marathon, 1h38m48s… bien loin du vainqueur à 1h10m59s ! J’avais apporté des modifications à la fin de mon entraînement et à ma préparation de course, il faut croire que cela a bien fonctionné. Voici un petit résumé de ces changements (ça ne veut pas dire que ça marcherait pour vous !):

calendrier1. J’ai diminué plus significativement mon entraînement dans les 7 jours avant la course. En fait, je viens de réaliser en écrivant ceci que j’ai diminué beaucoup sur 14 jours ! Normalement, je visais à réduire la dernière semaine à 40-60% de la précédente (comme proposé dans la revue « kmag »). Donc, pour les quatre dernières semaines, je voulais faire 44, 47, 45 et 21, mais j’ai fait 44, 47, 21 (?) et 21 km (demi-marathon = jour 1 suivant la dernière semaine). En faisant ainsi, mes jambes n’ont pas émis de plainte avant qu’il ne reste que 7 km. J’aurais peut-être pu faire l’avant-dernière semaine vers 35 km…

Goutte d'eau2. Je me suis pas mal moins hydraté qu’à l’habitude le matin avant la course. Je m’étais bien hydraté la journée avant, alors le matin j’ai bu normalement avec le petit déjeuner (à 5h30 !) et j’ai bu encore un tout petit peu jusqu’à la course. Ça me semblait logique pour une course au printemps. Il faisait -2C quand je me suis levé, je n’avais pas l’impression que j’aurais bien chaud lors de cette course ! Je reviendrai probablement à une hydratation plus « agressive » pour les courses à l’été.

Une vraie bombe prête à exploser !3. Dernière modification (« amélioration »), je me suis effectivement beaucoup mieux concentré avant la course. Je me suis placé dans la file de départ presque 10 minutes avant le coup de départ. Le feu dans les yeux, la respiration profonde, focus, focus, focus (ha ! ha ! ha!). Ça a bien marché… à part le fait que je m’étais situé pas assez vers l’avant de la file, j’ai dû effectuer plusieurs dépassements en zigzagant sur les premiers 750 m !

Conclusion: pour le numéro 13, je prévois reprendre ces modifications en espérant les mêmes bons résultats pour moi !

J’ai une bonne pensée pour les coureurs qui se préparent pour Ottawa, je vois comment la température est maussade et humide. Les entraînements semblent alors plus difficiles, mais je vous dis « Ne lâchez pas, pensez au plaisir de voir votre super temps en franchissant la ligne d’arrivée dans 24 jours ! »

Les résultats sont rentrés: 1h38m48s !

Le blogueur est un peu fatigué pour partir dans ses grands articles habituels, alors pour l’instant je me contenterai de l’essentiel !

À 1h38m48s, je suis assez content. Ce sont deux objectifs sur trois qui sont atteints (voir article précédent ), et le principal, celui appelé « totalement wow, je vais y penser pendant encore au moins une semaine ! » n’a été raté que par 1m09s… C’est aussi mon deuxième meilleur temps à mon douzième demi-marathon.

Mes classements relatifs se sont aussi améliorés. Cela me fait bien plaisir, car avec le nouveau parcours de cette année, on a perdu nos points de référence en temps des années précédentes.

Plus de détails quand je me serai reposé un peu. Bons entraînements à ceux qui ont une compétition bientôt ! 🙂 Pour moi, ce sera plutôt comme ci-dessous, mais juste pour aujourd’hui, promis !

Un peu de repos !

Demi-marathon de Québec: nouvelle techno de chronométrage

Je suis allé chercher mon dossard pour le demi-marathon de Québec hier soir. Dossard 635… j’aime plus ou moins le chiffre, mais on ne va pas rentrer dans des histoires de superstition !

Le point bien plus important, c’est la nouvelle technologie de chronométrage qui sera utilisée: le BibTag de MyLaps. Peut-être que certains d’entre vous connaissez ce système disponible depuis février dernier. Pour les autres, voici une photo de l’arrière de mon dossard.

BibTag de MyLaps

Le petit dispositif « MyLaps », situé au bas du dossard fera tout le travail habituellement effectué par la puce que l’on devait attacher à un de nos souliers. Plus de puce (la fameuse « ChampionChip »), seulement que le dossard. Je remarque qu’il n’y a plus d’endroit pour indiquer si on a des « conditions médicales », ni pour laisser des coordonnées en cas d’urgence… Je pense bien que j’écrirai quand même quelque chose à l’endos du dossard.

J’avoue que cette nouvelle technologie m’a rendu un peu inquiet, même si année après année l’organisation de « Courir à Québec » a toujours été sans reproche ! Une nouvelle techno… s’il fallait que ça ne marche pas ! Premier réconfort, MyLaps c’est une compagnie découlant d’une fusion de AMB i.t. et… ChampionChip. Après de petites recherches additionnelles, j’ai vu sur le site de MyLaps que la techno avait été utilisée pour le dernier marathon de Boston… alors toutes mes craintes se sont envolées ! 🙂

L’avantage de cette technologie ? Il n’y a pas de puce à récupérer à la fin de la course. Le petit dispositif derrière le dossard ne peut être utilisé qu’une seule fois. Donc, pas de file pour qu’un bénévole récupère la puce. Quelle excuse on aura maintenant pour prendre un petit 10 secondes confortablement immobile juste après la course ? 🙂

437 km de course plus loin… quel est l’objectif ?

Ça y est ! L’entraînement pour le demi-marathon de dimanche est terminé ! Après 437 km de course depuis le 1er janvier, en quelques 53 sorties, je suis… toujours au même endroit, à la maison. Je suis passé au travers de courses à -20 C, d’autres dans la neige mouillée (ouach !) et certaines longues sorties au printemps m’ont donné un petit teint presque basané (!). Le tout sans aucune blessure.

Tout ça, c’est cool, mais il doit bien y avoir un objectif au bout de tout cela, n’est-ce pas ? En fait, ma tradition veut que j’en prenne trois: un « facile » (au cas où !), un « beau défi », et finalement un « totalement wow, je vais y penser pendant encore au moins une semaine ! ».chrono - www.openclipart.org

Dans l’ordre: le facile, c’est moins de 1h 49m 34 s. C’est le temps que j’ai fait à mon tout premier demi-marathon. Je ne connais même pas les mots pour décrire l’état de décrépitude dans lequel je suis arrivé à la ligne d’arrivée. Trop ambitieux pour mon premier essai ! Maintenant, c’est assez facile de faire mieux (je l’ai toujours fait aux 10 demi-marathons suivants) et en plus j’arrive dans un état bien plus rassurant pour la famille !

Le « un beau défi »: sous 1 h 40. C’est basé sur le principe du chiffre « rond », concept totalement humain, mais qui n’a aucun sens physique, ni aucune importance. Pourquoi sous 1 h 40 et pas sous 1 h 41 à la place ?

Le « totalement wow, je vais y penser pendant encore au moins une semaine ! », on le retrouve à 1h 37m 39s. Vous avez deviné que c’est mon record personnel. Peut-être un peu « long shot » pour cette fois-ci, mais il s’agit d’un nouveau parcours, les pentes sont favorables… on verra !

Voilà, avec mes objectifs maintenant rendus « publics », la motivation dans d’éventuels moments difficiles dimanche sera plus grande !

Si je trouve un peu de temps d’ici là, je vous parlerai de ma « playlist », la musique qui m’amènera jusqu’à la ligne d’arrivée.

Préparation de course, changements efficaces ?

Moins d’une semaine avant mon demi-marathon de Québec, que reste-t-il à faire pour essayer de franchir ces 21,1 km plus rapidement que lors des essais précédents ? Voici deux points que je compte essayer.

1. Une dernière semaine bien plus relaxe qu’à l’habitude.

Dimanche dernier, j’ai fait des des intervalles (7 x 800 m), à 4:30 du km. Je les ai faits en étant vraiment bien concentré, en notant les mouvements, les sensations. Les prochains vrais efforts ? Dimanche prochain, 1er mai, au demi ! D’ici là, 2 petites sorties relaxes. Un peu de reposObjectif: ne pas courir vite, surtout pas, restons à environ 5:30/km. Pas long: 30 minutes, pas plus. Je fais le pari que l’extra-repos sera plus payant que le conditionnement que je perdrai (1% ?).
.

2. Un meilleur focus quelques minutes avant la course.

Je me souviens d’une course lors de laquelle j’entrais dans la petite paniquetoilette mobile et qu’au même moment l’annonceur disait « 2 minutes avant le départ, 2 minutes ! ». C’est pas idéal, sans parler des 5 minutes précédentes dans la file pour ladite toilette, à m’inquiéter « Est-ce que je vais être prêt à temps ? ». Cette année, je vais donc y aller avec moins d’emphase sur l’hydratation le matin avant la course. Ça devrait me permettre d’être dans la file de départ, à bien me préparer mentalement, plutôt que dans la file des toilettes, concentré sur ma vessie !

On verra bien ce que ça va donner !  Je vous préciserai mes objectifs dans un prochain article cette semaine.   J’en fixe toujours trois: un « wow », un « raisonnable » et un dernier « je ne peux pas croire que je ne suis pas capable de le réussir » !